Le Sénégal handicapé par la faiblesse de sa main d’œuvre

  • Source: : Seneweb.com | Le 12 octobre, 2017 à 00:10:53 | Lu 2884 fois | 10 Commentaires
content_image

Le Sénégal handicapé par la faiblesse de sa main d’œuvre

Le Sénégal aurait pu enregistrer une meilleure croissance, réaliser de meilleures performances économiques, si le niveau de qualification de ses travailleurs était plus élevé. Estimé à 6%, celui-ci offre une grande marge au pays pour booster son économie. Surtout en vue de l'atteinte des objectif du Plan Sénégal émergent (PSE).

«On a aujourd’hui un gap important à combler, on a du travail énorme à faire, alerte Sanoussi Diakité, le directeur de l’Office national de la formation professionnelle (Onfp), en marge de la présentation du rapport "Africa's Pulse", ce mercredi.

Il faudrait s’occuper des gens qui travaillent dans le secteur agricole comme dans le secteur informel. Faire de toute cette masse de force de travail une force productive grâce à la qualification. Il faut agir plus sur la qualité. À l’horizon 2035 où les autorités ont fixé la barre pour être dans l’émergence, on a un défi à relever de ce point de vue.»

Pour relever le niveau de qualification de la main d’œuvre sénégalaise, la Banque mondiale indique le chemin dans le rapport «Africa’s Pulse» 2017, qui se penche sur la situation économique de l’Afrique.

«La meilleure stratégie pour favoriser simultanément l’accroissement de la productivité, l’insertion de tous et l’adaptabilité, consiste à investir dans les compétences fondamentales des enfants, des jeunes et des adultes, suggère l’institution de Bretton Woods. Les pays doivent donc privilégier le renforcement des compétences de base de leur main-d’œuvre active et celles des prochaines générations.»

 

La Banque mondiale de poursuivre : «La plupart des pays doivent améliorer la qualité de leurs dépenses afin de les rendre plus efficaces et efficientes. Cela passe par deux arbitrages difficiles : trouver le juste équilibre entre, d’une part, les investissements qui favorisent une hausse globale de la productivité mais aussi l’inclusion, et, d’autre part, entre les investissements axés sur les compétences de la population active d’aujourd’hui et ceux orientés vers la main-d’œuvre de demain.»

 

Le Sénégal n’est pas resté les bras ballants. «L’État sénégalais met en œuvre actuellement des reformes importantes en matière de formation professionnelle, signale Sanoussi Diakité. Ces reformes allient à la fois la question de la productivité et celle de l’inclusion.  Quand vous prenez la prise en charge de l’apprentissage traditionnel, c’est une question d’inclusion. Parce qu’il fait intégrer l’apprentissage traditionnel dans le dispositif global de la formation professionnelle pour donner de la valeur tout en reconnaissant ces atouts.»

 

 


Auteur: Mamadou Salif DIENG - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (7)


Ex Goor En Octobre, 2017 (05:52 AM) 0 FansN°: 1
Mais il ne faut pas attendre ce que dit le FMI pour se rendre compte de la médiocrité de notre main d'oeuvre nationale. En regardant seulement les maisons construites par la majeure partie des maçons sénégalais, on se rend compte qu'ils ne font rien de bon. Là où on leur demande 1m, ils te mettent plus d'un mètre et te disent que " graoul quoi". L'enduit sur les murs n'est jamais droit. On distingue là où l'enduit s'est arrêté et a commencé à la reprise. Les poteaux ne sont presque jamais droits etc. Tu vas chez les mécaniciens, plusieurs d'entre eux sont des bricoleurs. Les soudeurs peuvent faire les gros oeuvres mais se moquent des détails qui embellissent les choses. Chez les maçons, les finitions laissent à désirer. Allez voir chez les menuisiers. Les finissions ne se font pas au mm près. Tout est bâclé. Chez nous, l'excellence n'existe pas. Il faut terminer comme on peut et toucher son argent. Quand il s'agit des entreprises sénégalaises qui devraient relever ce défi, là aussi ce n'est pas possible . C'est un peu mieux mais compte tenu de la faiblesse du niveau des ouvriers, les chantiers ne se terminent presque jamais à la date prévue. Ceux qu'on appelle PROFESSIONNELS ne le sont que de nom. Même les senegalais qui ont une bonne formation professionnelle ont un problème de rigueur dans le travail; des fois contaminés par l'entourage ou la corruption qui gangréne notre pays. Si vous voyagez en Europe et aux USA, vous-vous rendrez compte que ce qui se fait chez nous n'est ni passable, c'est tout simplement médiocre. Pour un Sénégal émergent, non seulement il faut des senegalais biens formés mais aussi très rigoureux dans le travail. Allez à l'heure pile d'ouverture d'un bureau de l'administration senegalaise. Vous verrez que ltout le monde n'est pas à son poste à cette heure .L'EMERGENCE PEUT AUSSI ÊTRE UN SLOGAN CREUX .
Reply_author En Octobre, 2017 (08:59 AM) 0 FansN°: 1
vous avez evoque la situation du sénégal.on a pa la culture de la perfection.
dans votre dernière analyse il ne suffit pas d être à l heure pile mais il faut être à prêt à travailler.
,
Reply_author En Octobre, 2017 (09:58 AM) 0 FansN°: 2
vous avez vu juste, on ne travaille pas, on est pas serieux, en commençant par moi.
Reply_author En Octobre, 2017 (15:03 PM) 0 FansN°: 3
tout est dit!
Faye En Octobre, 2017 (06:39 AM) 0 FansN°: 2
Et pourtant, il paraît que ce pays "regorge de ressources humaines de qualité" que la terre entière nous envie
Anonyme En Octobre, 2017 (07:55 AM) 0 FansN°: 3
Comme indiqué par Ex Goor l'excellence et la rigueur au travail n'existent pas au Sénégal et pas besoin du FMI pour le comprendre !!!!



Voir les Administrations publiques qui n'ont pas honte d'arriver en Retard et de demander des pots de vin !!!!!



Il y a definitvement une culture de la mediocrité !!!



Anonyme En Octobre, 2017 (10:00 AM) 0 FansN°: 4
Ben oui , la majorité des jeunes préfèrent être "ambulants" ou réparateurs de télèphones portables , car c'est moins fatiguant, et encombrent toute l'espace public , il faut sévir c'est la seule solution , quand je vois tous ces jeunes à la musculature d'un champion de lutte , assis toute la journée à ne rien faire et se dire "commerçants" ou je ne sais quoi ,il faut faire quelque chose....
Anonyme En Octobre, 2017 (13:49 PM) 0 FansN°: 5
Bienvenue sur le meilleur site de rencontres sexe >>> w­w­w.W­a­n­t­s­d­a­t­e.c­o­m
Ciré En Octobre, 2017 (15:00 PM) 0 FansN°: 6


Nous manquons de techniciens qualifiés et de structures spécialisées pour diffuser la technologie

L’état doit améliorer l’appui technique, les maisons de l’outil ont été lancées, ou est ce que l’on en est ?



Nous devons mettre en place des centres et instituts technique fonctionnels et adaptés.

Pour la menuiserie par exemple ,on doit mettre en place, comme dans les pays du nord des centres d’appui , d’encadrement et de formation avec des technologues et ingénieurs dédiés ;des bibliothèques avec de la documentation technique et des fichiers informatiques accessibles doivent être disponibles pour les normes techniques sur la qualité et espèces de bois (venn, acajou,fraké,..) ,pour les traitements chimiques (vernis, diluants) et autres produits anti-mites ou corrosion pour le métal.



Les normes de dimensionnement standard (hauteur, largeur, épaisseur..) pour les portes, fenêtres, tables, armoires, serrures, pommelles, etc.…., doivent être consignées dans des fichiers et catalogue papier ou informatique pour une consultation facile et permettre la vulgarisation des normes techniques.



Pour la menuiserie métallique, la technologie de la soudure à l’argon pour l’alu a des normes spécifiques, les experts pourront ainsi transmettre ces connaissances etc,etc…..



Ces centres doivent disposer des différentes machines (scies,rabots..), équipements, outils pour que les gérants d’atelier, promoteurs et autres techniciens et tous ce qui veulent se lancer dans la menuiserie puissent connaître ce qui se fait sur le marché, et disposer de la technologie nécessaire, et arrêter le bricolage ou la reproduction artisanale sans connaître les principes et la rationalité du métier..



La chine et l’Inde ont beaucoup de matériel adapté aux pays en développement qu’on pourra même fabriquer sur place. La France et l’Allemagne ont toute la technologie industrielle disponible ; il est temps de faire un pas franc dans le transfert technologique, pour notre industrialisation.



En mécanique, ou les robots sont devenus la norme, le Sénégal ne dispose pas assez de tours numériques, des centres pourront être équipés pour diffuser toutes ces technologies, qui deviennent banales dans des pays comme le Maroc, qui appuie fortement la formation technique.



A quand un musée des arts et des métiers, ou même les jeunes pourront découvrir dès le bas âge, l’histoire de la technique pour apprendre à lier le bois au bois…..

Anonyme En Octobre, 2017 (15:29 PM) 0 FansN°: 7
Il faut simplement améliorer la formation professionnelle et l'apprentissage.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com